vendredi 3 avril 2009

colloque sur « Les conséquences géostratégiques du réchauffement climatique »

Le CID, Collège Intérarmées de Défense, organise un colloque sur les conséquences géostratégiques du réchauffement climatique. Ce colloque vise à comprendre les enjeux, risques et opportunités associés à ce phénomène sous le prisme de la géopolitique.
C'est la preuve que la Défense doit désormais se raisonner de manière globale à l'image de la National Security Strategy britannique (parue en 2008 : http://interactive.cabinetoffice.gov.uk/documents/security/national_security_strategy.pdf
voir également la note de synthèse régdigée par la FRS : http://www.frstrategie.org/barreFRS/publications/notes/20080429.pdf ).
La National Security Strategy britannique identifie et répertorie les défis à affronter en trois catégories : des « menaces », des « risques » et des « facteurs d’insécurité ».
  • Les menaces sont principalement le terrorisme, les armes de destruction massives et la criminalité organisée.
  • Les risques regroupent notamment la faillite des États et les risques de « protection civile » (risques sanitaires, climatiques, technologiques, d’inondation, etc.).
  • Les facteurs d’insécurité sont les remises en cause de la stabilité du système international par les changements climatiques, la raréfaction énergétique, la pression démographique, la pauvreté, les inégalités, les défauts de gouvernance.


Au-delà de cette catégorisation, le rapport souligne que ces menaces, risques et facteurs d’insécurité sont interdépendants, globaux et impliquent des acteurs non étatiques.Enfin, il convient de noter que la Strategy britannique souligne que le risque le plus élevé est une pandémie grippale, devant le risque d’inondation (liée à la remontée du niveau de la mer).

Mais, au-delà de la globalisation de la notion de Défense, le document britannique revient sur l'invariant de la gestion des risques qui place l'homme au centre de toute stratégie :
« changing people’s behaviour is the best way to mitigate risk »,
qui devrait être le credo de tout gestionnaire des risques !
Pour en savoir plus sur le colloque :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire