lundi 25 octobre 2010

"La grippe révèle l'imaginaire de nos sociétés"

Dans un livre qui vient de paraître, Un monde grippé (Flammarion, 350 p., 21 €), Frédéric Keck, anthropologue au CNRS analyse comment nos sociétés réagissent face aux nouveaux risques sanitaires. :
"Nos sociétés ne sont pas fondamentalement différentes des sociétés sauvages ; elles se préparent aux catastrophes futures en se racontant des histoires sur les êtres composant leur environnement. Si l'histoire de la pandémie marche si bien, c'est parce qu'elle touche très profondément à notre rapport à la nature et à la mort.
Par les récits sur les catastrophes à venir, nos sociétés prennent conscience de leur vulnérabilité et se rendent plus fortes en intégrant un nombre croissant d'acteurs – y compris les animaux et les virus."
bonne lecture

Aucun commentaire:

Publier un commentaire